La vie à Tomblaine : le Parc Juliette Drouet.

Derrière le Foyer de Personnes âgées de Tomblaine, il y a un très beau parc arboré... 
Il y a quelques années, nous avions reçu au festival de théâtre un superbe spectacle "Victor Hugo, mon amour" interprété par une comédienne de grand talent Anthéa Sogno. Celle-ci jouait le rôle de Juliette Drouet, qui fut la maîtresse et la muse de Victor Hugo, pendant... 50 ans !!! (Savez-vous, par exemple, que c'est Juliette Drouet qui sauva à deux reprises deux malles dans lesquelles se trouvait une partie de l’œuvre de V. Hugo dont les manuscrits 
des Misérables !). Anthéa Sogno, passionnée, avait confié à Hervé Féron qu'elle menait campagne pour que des Maires donnent à une rue de leur ville le nom de Juliette Drouet.
En effet, partout en France, on trouve des rues Victor Hugo, des écoles Victor Hugo, mais jamais au nom de Juliette Drouet. A cette époque-là, nous avions eu une discussion avec les personnes âgées, résidant au Foyer, car certaines s'inquiétaient de voir parfois des jeunes "venir se bécoter" sur le banc dans ce parc. Hervé Féron leur avait posé la question "à leur âge, que faisiez-vous" ?
La réponse instantanée, dans un grand éclat de rire de la part de dames âgées fut "à 
leur âge ? on faisait bien pire !" Une discussion s'en suivit sur le thème "on a peur de ce que l'on ne connait pas"...

Et nous avons alors convenu avec ces personnes âgées de dénommer ce très joli parc, le "Parc Juliette Drouet" en hommage à l'amour immense qui unit Juliette et Victor. Le banc fut, lui, dénommé "le banc des amoureux",  avec une petite plaque rappelant une phrase de Victor Hugo "aimer, c'est plus que vivre"...

L'an dernier, l'association "Aux actes Citoyens" avait souhaité meubler le "village du festival" avec des sièges, des bancs, des tables réalisés avec du bois de palettes récupérées. Cette année Pascal, employé municipal a rénové ces meubles avec talent, ils sont devenus et confortables et esthétiques. Les personnes âgées ont demandé à l'association "Aux Actes Citoyens" de leur mettre à disposition dans le Parc Juliette Drouet, ces bancs, hors période du festival (idée de la directrice Sophie Lhuillier).

Du coup le Parc Juliette Drouet est encore plus agréable...

Pleine page

Le Rond-Point 2000 rénové

En l'an 2000, à l'occasion de la réalisation du boulevard du Millénaire, Job Durupt, Maire de Tomblaine, avait demandé à l'artiste Sandor Kiss, ami de Tomblaine, de réaliser sur le nouveau rond-point, une œuvre d'art sur le thème de ce nouveau millénaire et de la Fraternité universelle.

Sandor Kiss avait construit 5 murs positionnés en étoile, et avait invité les habitants à venir tremper leurs mains dans le béton... Les enfants des écoles s'y étaient donnés à cœur joie ! 2000 empreintes de mains étaient ainsi scellées pour la postérité et sur chaque mur Sandor Kiss avait sculpté un continent.
C'est ainsi que ce rond-point a été dénommé "Rond-Point 2000".
Depuis quelques temps l’œuvre d'art était dégradée par le temps, la Ville de Tomblaine vient de la faire rénover.

Petit clin d'oeil à Job Durupt et Sandor Kiss.
 

Pleine page

La fête au Centre de loisirs

La fin du mois de juillet est marquée traditionnellement par une fête du Centre de loisirs à laquelle est conviée les parents.
Le Maire, accompagné de Christiane Defaux et Jean-Claude Dumas, adjoints au Maire, y ont assisté, comme d'habitude. Conditions climatiques obligent, la fête commençait par une heure d'ateliers, où des jeux d'eau étaient proposés aux enfants. De la pêche au canard au "water-pong", que de la bonne humeur ! Quel bonheur de rater son coup et d'arroser "malencontreusement" le copain, quand ce n'est pas s'arroser soi-même.



Le Centre de Loisirs a accueilli durant le mois de juillet 2340 journées-enfants, soit une moyenne de 117 enfants par jour, avec des pointes de 150 enfants...
Gregory Legagneur en était le directeur, dans le cadre de sa formation BPJEPS et Patricia Herman était son adjointe. 21 animateurs ont été embauchés et parmi eux 8 ont effectué leur stage pratique BAFA. La Ville de Tomblaine participe financièrement à toutes ces formations.
La thématique de la session était "la nature et les sciences", cela a passionné les enfants, mais de nombreuses sorties ont été proposées aussi (piscine, cinéma, accrobranche, parc de Ste Croix...). A noter que la canicule a été plutôt bien gérée : lors des après-midis les plus chauds, les enfants ont été emmenés dans la salle Léo Ferré (qui est climatisée) à l'Espace Jean Jaurès, pour y faire diverses activités.
Avant que de se retrouver autour du verre de sirop de l'amitié (et d'une bonne glace !), Greg a demandé aux parents de s'approcher de la surprise du jour...

Les enfants ont alors dévoilé la superbe fresque qui a été réalisée collectivement sur un mur du Centre de Loisirs pendant ce mois de juillet


Originale et colorée, on peut y reconnaître les visages des enfants et des animateurs, réalisés en pochoirs... Chacun s'est approché pour tenter de s'y retrouver et de se reconnaître.

Magnifique ! Cette fresque restera comme le témoignage d'un bel été pour les enfants de Tomblaine.


... et en plus, ils ont eu la délicatesse de faire un pochoir à partir de la photo du Maire, avec des cheveux noirs ! On dirait qu'il a 36 ans...

Pleine page

La Ville de Tomblaine travaille pour vous.

Tout l'été, des travaux importants sont entrepris par la Ville de Tomblaine, profitant des vacances des usagers. La façade de l'Ecole de musique TEMPO vient d'être complètement rénovée...

Pleine page

Les noms des rues...

Lorsque je suis devenu Maire, une habitante de Tomblaine m'avait fait remarquer gentiment qu'il n'y avait quasiment pas de noms de femmes attribués aux rues de Tomblaine et lorsqu'il y en avait, les femmes y étaient associées à leurs maris (rue Joliot-Curie, rue Pierre et Marie Curie).
J'avais donc pris des engagements que nous avons tenus, puisque Tomblaine se développe beaucoup et chaque fois que nous avons deux rues à dénommer, au moins une des ces deux rues porte désormais le nom d'une femme. La première d'entre elle a été la rue Olympe de Gouges.
Une amie est en train de travailler sur un projet de livre autour des noms de rues en Lorraine et elle me faisait remarquer récemment que Tomblaine fait figure d'exception (et de très loin) pour ce qui est des noms de femmes donnés aux rues.
En effet, pour l'ensemble des Communes en Lorraine la moyenne serait seulement de 1,77% de noms de femmes, par rapport à la totalité des rues...
Or, à Tomblaine, sur 122 rues recensées, 22 portent un nom de femme, soit ... 18,03%.
C'est beaucoup mieux et nous en sommes forcément très fiers, mais c'est largement insuffisant, et nous nous allons nous améliorer encore.
Les noms de ces rues sont: rue Louise Michel,  rue Virginie Mauvais, rue Yvette Cauchois,  rue Clara Malraux, rue Emilie Du Châtelet, rue Marie-Claude Vaillant Couturier, rue Camille Claudel, rue Elsa Triolet, Allée Lucie Aubrac,  rond-point Flora Tristan, rond-point Suzanne Lacore, rue Olympe De Gouges, rue George Sand, rue Marie Laurencin, rue Gabrielle Brunet, rue Victoire Daubié, rue Anne Frank,  rue Maria Deraismes, rue Rosa Luxembourg, rue des dames Laboureur (rue des laboureurs, re-dénommée rue des dames Laboureur), rue Irène Joliot-Curie (rue Joliot Curie, re-dénommée en 2016 rue Irène Joliot-Curie) et rue Simone de Beauvoir (actuellement en construction).
A noter qu'à Tomblaine, on ne baptise pas les rues, mais on les dénomme. Il n'y a pas de noms de religieux qui soit attribués aux rues.
On y trouve des noms de résistants, ou de personnes connues pour leur engagement politique, culturel, artistique ou humaniste.
Hervé Féron.
Pleine page

Pages